0
LE BLOG Lifestyle

C’est décidé, j’arrête de fumer !

5 août 2019

Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours adoré faire la fête. Quand j'étais petite les anniversaires étaient source de grande excitation : inviter mes ami.e.s et danser la lambada en mangeant des sucreries. En grandissant, la cigarette et l'alcool ont remplacé les bonbons, et mon envie de danser jusqu'au bout de la nuit est quant à elle restée intacte.

Je ne fume pas beaucoup et ne consomme pas vraiment d'alcool au quotidien mais lorsqu'il s'agit de faire la fête, je ne compte pas... vraiment pas ! Raconter les dernières nouvelles, refaire le monde avec mes ami.e.s, clope(s) au bec et verre(s) à la main sont des moments que j'aime énormément. La sensation de liberté, de jeunesse absolue, la cigarette qui ponctue la conversation à coup de lancé de fumée et les verres qui clinquent pour étrangement se souhaiter la bonne santé, le son des voix qui augmente au fur et à mesure que les verres se vident, décider d'aller danser car on est trop bien tous ensemble pour s'arrêter là, tout cela fait partie de ma façon de profiter de la vie depuis des années. C'est ce que l'on appelle être bonne vivante.

Il y a quatre ans, je suis devenue maman, maman solo, et j'ai donc le "grand luxe" d'avoir des soirées et des week-ends rien que pour moi quand Minilove est chez son papa. Parfait pour continuer à faire la fête ! Et c'est ce que j'ai fait car c'est quand même génial de pouvoir garder sa vie d'avant tout en étant maman, non ? Ce n'est pas que je sois à ramasser dans le caniveau quand je sors hein, calmons-nous, mais je suis un oiseau de nuit qui aime trinquer, fumer des cigarettes et danser jusqu'au petit matin. Cela fatigue beaucoup.

Il y a deux mois, j'ai donc décidé de me recentrer sur mon bien-être et d'arrêter de fumer. Cela signifie aussi une autre nouveauté, celle des apéros sans alcool car chez moi l'alcool appelle inévitablement la cigarette, sans demi-mesure. Pas vous ? Alors si j'aimerais arrêter définitivement la cigarette, j'aimerais aussi apprendre à siroter un ou deux verres de vin sans ressentir l'envie de fumer. Dur d'arrêter les deux en même temps mais quand faut y aller, faut y aller !

 

Pourquoi j'ai décidé d'arrêter de fumer ?

Faut-il vraiment donner une raison, je ne pense pas mais je vous explique mon cheminement.

La maternité

Raison numéro une de ce choix, je ne veux pas abandonner Minilove parce-que j'aurais choisi d'inhaler des produits ultra toxiques. J'ai moi-même perdu mon papa assez jeune pour savoir que cela marque une vie. Certes je me réveille quatre ans après la naissance de Minilove mais mieux vaut tard que jamais comme on dit !

La santé

Je suis du genre hypocondriaque, dès que j'ai la moindre douleur ou gêne, je pense que c'est la fin des haricots et que je contracte une maladie grave. La peur que mon cœur s'arrête de battre est aussi source d'angoisses notamment quand vient l'heure de m'endormir le soir. Et je dois dire que depuis que j'ai arrêté de fumer, je n'ai plus ces angoisses nocturnes.

La fatigue

Comme je le disais plus haut, quatre ans que je suis maman solo, statut souvent envié par d'autres parents car je retrouve ma vie de célibataire quand Minilove est chez son papa. Oui mais cela fait quatre ans que je ne prends pas le temps de récupérer et que j'accumule de la fatigue...

La raison

Parce-que je me suis toujours dit que quand même les mecs sont fortiches, ils commercialisent du poison et rendent accro à la cigarette une bonne partie de la population. Et cela, tout en prônant le mois sans tabac en novembre et en augmentant les prix chaque année, en s'en mettant plein les poches et faisant culpabiliser les fumeurs. Fortiches je vous dis !

Comment je fais pour arrêter de fumer ?

Cela m'a pris comme ça un beau matin en me levant, stop la clope, je veux prendre soin de moi. J'ai choisi d'arrêter en été soit la période des apéros-terrasses à gogo ! Alors si ce n'est pas évident tous les jours voici comment je m'y prends pour éviter de craquer.

- je trinque désormais à l'eau gazeuse/rondelle de citron pour éviter d'être tentée d'allumer une cigarette. Je suis même allée à une soirée avec mes sachets de tisane pour varier les plaisirs ! Il est temps que j'apprenne à faire des cocktails de fruits...

- je troque les apéros par des brunchs le week-end et m'exerce ainsi pour devenir un oiseau de jour !

- j'ai acheté une cigarette électronique sans tabac ni nicotine au cas où je ressentirais l'envie de fumer. Pour le moment elle ne me sert pas à grand chose si ce n'est de me rassurée par sa présence dans mon sac. Je l'ai utilisée un tout petit peu au début, mais j'ai vite eu l'impression que ça m'abîmait la gorge donc pas terrible.

- j'ai repris le sport et vais donc courir une à plusieurs fois par semaine, selon la motivation. Cela me fait du bien évidemment et cela me donne le sentiment de compléter l'arrêt du tabac. Mon souffle est meilleur, les séances me permettent d'évacuer les tensions et de me vider la tête.

- je l'ai dit à Minilove. Et cela permet d'officialiser les choses car il n'est pas du genre à oublier ! Oui, car c'est une chose de se promener en regardant tous les mégots de cigarettes à terre et de lui dire que ce n'est ni bon pour la santé, ni bon pour la planète, mais cela n'a pas de sens si je continue à fumer en parallèle.

- je l'écris ici aujourd'hui, sur le blog. Cela me met clairement moins la pression que le fait de l'avoir dit à Minilove mais quand même, c'est écrit. Je vous ferai des petits points stop la clope sur mon compte Instagram de temps en temps !

- je pense à la planète. À l'heure du réchauffement climatique, de la pollution, et de tous ces mégots qui sont jetés chaque année dans les rues (4 300 milliards), je me dis qu'en arrêtant de fumer, j'ajoute un nouveau geste écofriendly à mon quotidien.

- je me répète en boucle que vraiment, ils sont très fortiches ceux qui font prospérer cette industrie maléfique et que haha ils ne m'auront plus !

 

Qu'est-ce qui est le plus dur ?

Finalement le plus difficile c'est de perdre une habitude, celle du geste. Rien qu'en écrivant cet article, je me verrais bien avec une petite clope et un verre de rouge. J'aurais l'impression d'être une Françoise Sagan plongée dans son art, une femme libre de fumer, loin des conventions. Cela a du style quand même de fumer. C'est rock ! Et c'est sûrement pour cela que nous sommes aussi nombreux à tomber dedans à l'adolescence.

Ce qui est dur aussi, c'est l'entourage, ces fameux ami.e.s avec qui ont a l'habitude de refaire le monde qui écarquillent les yeux ou s'agacent quand je leur annonce que je ne vais pas boire d'alcool à un apéro, pour ne pas être tentée de fumer. On dirait que je leur fais une crasse haha ! Et ils me questionnent "Mais tu vas arrêter pour toujours ?", "Non mais ça va bois un verre, t'es pas obligée de fumer !". Je les devance généralement avec humour en leur disant qu'ils doivent s'accrocher car ils s'apprêtent à passer la soirée la plus boring de leur vie avec moi ! Tout est une question d'habitudes...

 

Je suis tiraillée entre le cool (qui ne l'est pas) et le healthy (qui n'est pas dans mes habitudes). Je suis tiraillée entre les exemples "mon oncle est mort d'un cancer pourtant il n'a jamais fumé de sa vie" et "ma grand-mère fume sa clope chaque jour depuis des années et elle est en pleine forme". Je suis tiraillée entre le "on a qu'une vie" et justement "on n'a qu'une vie".

 

Alors pour conclure, il va de soi que je ne sais pas si je tiendrai sur la durée et je ne me mets pas trop de pression par rapport à cela (sauf vis à vis de Minilove qui veille au grain !) et je m'écoute, j'écoute mon corps. Ce n'est pas simple tous les jours mais je garde une volonté de fer pour le moment.  

Non mais parce-que franchement ils sont vraiment fortiches, vous ne trouvez pas ?!

 

    Laisser un commentaire

    SUIVEZ-MOI

    %d blogueurs aiment cette page :