Une page se tourne

Devenir maman, c’est toute une histoire que l’on écrit chaque minute sans avoir fait de plan au préalable. J’ai mon livre et Minilove a le sien. Deux histoires aujourd’hui très liées entre une mère et son bébé puis qui se chevaucheront au fur et à mesure que le temps défilera.

Un chapitre se ferme, celui de la crèche. Avoir une place en crèche a bien sûr été une chance inestimable, pour tous les deux. Au-delà de cette place, c’est une aventure humaine à laquelle nous allons bientôt dire au revoir, tous les deux.

Des femmes, uniquement des femmes ont dédié leur carrière à l’éducation des tout-petits, de mon tout-petit.

Chaque jour pendant trois ans elles ont participé à l’éveil de Minilove avec toute l’énergie et la douceur que cela requiert. Chaque jour elles ont veillé à me rassurer et à prendre le temps nécessaire pour me raconter sa journée, avec toute la bienveillance qui les caractérise.

Dès la première minute, j’ai choisi de faire confiance à ces femmes et même si je partais le cœur gros de me séparer de mon bébé, je partais aussi sereine de le savoir bien entouré.

Trois ans passés chaque jour auprès d’une trentaine d’enfants sans jamais hausser le ton, avec ces tout-petits qui ne sont pas les-leurs quand nous parents pouvons rapidement craquer avec la chair de notre chair. Trois ans à les voir chaque jour arriver, d’abord en rampant, à quatre pattes puis debout comme des grands. Trois ans à les entendre chaque jour gazouiller, pleurer et enfin parler. Trois ans à changer leurs couches, les nourrir chaque jour et les border. Trois ans à moucher leurs nez, sécher leurs larmes et voir leurs sourires.

C’est un métier vous me direz ? Pour moi c’est une forme d’humanité.

Devenir maman, c’est toute une histoire que l’on écrit chaque minute sans avoir fait de plan au préalable. J’ai mon livre, Minilove a le sien et ces merveilleuses femmes ont chacune le-leur.

Dans deux semaines nous repartirons une dernière fois de la crèche, le coeur lourd de ne plus jamais y remettre les pieds. Et si je suis certaine de pleurer, je n’ose imaginer ce qui se passera dans les coeurs de celles qui tous les jours pendant trois ans ont veillé sur mon bébé.

Mon plus grand respect.

Merci Eva, Huberte, Jeannette, Murielle, Laura, Catherine, Thérèse, Karima, Pauline, Valérie, Marion, Guillemette et Coralie.