Maman aimerait dormir un peu

J’ai pas mal parlé du sommeil de Minilove (ou plutôt de mon non sommeil à moi) sur le blog et Instagram. Parfois j’ai cru que je tenais le bon bout, que c’était de l’histoire ancienne et puis j’ai vite appris que rien n’était jamais acquis avec un bébé.

À l’aube de ses trois ans (déjà) je pense que l’on est sur la bonne voie… je crois… enfin j’espère.

Avoir un enfant qui ne fait pas ses nuits lorsque l’on est parents peut-être épuisant, je vous laisse imaginer ce que cela donne quand vous êtes maman solo et que vous ne prenez aucune boisson énergisante qui donne des ailes pour tenir le coup.

Un peu d’histoire…

Avec Minilove nous avons dormi dans la même chambre lors de sa première année faute de pièce en plus dans notre appartement parisien. Je me suis habituée à ce nouveau mini coloc qui n’en était pas moins maxi bruyant certaines nuits. Il y a bien évidemment eu le premier mois d’allaitement avec mille réveils par nuit jusqu’à ce que le pédiatre m’annonce qu’il ne se nourrissait pas assez et que je devais passer au biberon (mince quel dommage…). Il y a eu les dents, le manque physique parfois de sa part et sûrement aussi de la mienne.

Puis nous avons déménagé pour voir la vie en plus grand et retrouver un espace à soi, chacun sa chambre. Le bonheur pensai-je alors. On parle souvent des nuits compliquées du nourrisson mais pas souvent des nuits encore plus compliquées des tout-petits. Les dents toujours, le manque encore plus, la peur du loup, le besoin d’un câlin… Étant complètement sans infos à ce sujet (et les Internets me direz-vous !) j’ai rapidement investi dans un lit cabane, vous savez ce lit en bois super tendance, hyper Montessori et total déco top niveau. C’est surtout un lit au ras du sol qui permet à l’enfant d’en sortir quand il le souhaite, voyez où je veux en venir ?!

Je touche du bois

Hyper heureuse de lui offrir cette merveille en bois à son retour de vacances, je suis persuadée qu’il va tellement l’adorer qu’il ne voudra plus le quitter. Erreur ! Minilove a surtout compris qu’il pouvait aller et venir à sa guise et donc rejoindre le lit de maman toutes les nuits. Oui je dis bien toutes les nuits. Sans crier, sans trop de bruit, juste assez pour me couper mon cycle du sommeil.

Ayant un lit de « grands », celui-ci est en hauteur donc une fois Minilove endormi, je veillais à sursauts qu’il ne tombe pas du lit. C’est après une courte nuit que Minilove, lui tout à fait en forme, me réveillait à 6h45 voir 7h en cas de grasse mat’.

Tenter le tout pour le tout

Quand vous êtes fatiguée, seule et en instinct de survie (oui j’en rajoute un peu) vous exploitez toutes les possibilités pour arriver à vos fins : que Minilove dorme dans son lit.

J’ai d’abord anticipé la possibilité qu’il me rejoigne dans mon lit la nuit, et j’ai collé mon lit au mur afin d’être assurée qu’il n’en tombe pas et pouvoir me rendormir tranquillement. Efficace mais ne résout qu’une petite partie du problème.

J’ai tenté beaucoup, beaucoup de soirs de l’endormir dans son lit. Oh non il ne s’agit pas là d’une simple histoire et au lit, non. Tous les deux allongés dans son lit cabane en bois (qui grince donc) pour lire une histoire voire deux, puis attendre… attendre… attendre qu’il s’endorme jusqu’à parfois m’endormir moi-même. Il me fallait alors sortir du lit (qui grince je le répète) en mode commando sous peine de repartir de zéro si l’enfant avait cerné ma tentative d’évasion. De longues soirées, prise au piège et sans certitude qu’il ne me rejoindrait pas dans mon lit ensuite. Encore une fois, cela ne résout qu’une partie du problème.

Je vous en parlais dans mon dernier article sur mes petits bonheurs de la semaine, j’ai trouvé (je crois) la solution. Et quand je vous disais plus haut que j’étais prête à tout… vous allez rire ! Ma solution : la police.

Rassurez-vous, je n’ai pas porté plainte contre mon enfant d’amourette au commissariat mais j’ai trouvé une ruse. Je vous explique. Nous allons souvent au supermarché du coin, sorte de petite promenade après la sortie de la crèche. Et la police s’y rend également souvent pour se ravitailler en sandwichs.

Un soir de courses, j’aperçois donc trois policiers déambuler dans les rayons, enfin comme Robocop pourrait déambuler, munis de leur uniforme imposant, de leurs armes et toute la panoplie impressionnante pour moi et encore plus pour Minilove. Cherchant le regard d’un d’entre eux, je lui fais signe de venir et lui raconte que mon fils de bientôt trois ans refuse de dormir dans son lit. Oui j’ai osé ! C’est alors qu’il a regardé Minilove (qui n’en menait pas large) et lui a expliqué avec beaucoup de douceur qu’il devait dormir dans son lit.

Depuis, je dors comme un bébé ! Merci la police !

Et vous quelle a été votre astuce ?